Le nouvel athéisme

Divers
par Ian Kluge Le succès rencontré en librairie par ce mouvement qui nous vient des États-Unis peut sembler être un coup de plus porté à la religion. L’auteur, professeur de philosophie et philosophe lui-même, montre par une lecture minutieuse, la faiblesse des arguments de ces nouveaux athées, leur ignorance — surprenante parfois — des concepts philosophiques les plus élémentaires et le côté r...
12,70 €
En Stock

  Tous vos achats sont en

Paiements sécurisés

  Politique retours

15 jours pour changer d'avis

  Questions ?

téléphoner au 07 68 17 17 88

par Ian Kluge Le succès rencontré en librairie par ce mouvement qui nous vient des États-Unis peut sembler être un coup de plus porté à la religion. L’auteur, professeur de philosophie et philosophe lui-même, montre par une lecture minutieuse, la faiblesse des arguments de ces nouveaux athées, leur ignorance — surprenante parfois — des concepts philosophiques les plus élémentaires et le côté rétrograde de leur combat qui fleure le XIXe siècle. Introduction Depuis la publication par Sam Harris, en 2004, de The End of Faith, un certain nombre de livres vantant les mérites de l’athéisme ont connu le succès, notamment : god Is Not Great de Christopher Hitchens, The God Delusion de Richard Dawkins et Breaking the Spell de Daniel Dennett. D’autres titres n’eurent pas le succès de ces quatrelà. Ces livres adoptent un ton pugnace et parfois méprisant envers la religion et les théistes de tous genres. Même le plus modéré, Daniel Dennett, suggère dans Breaking the Spell que les athées devraient suivre le conseil du réseau Brights et adopter ce titre de bright (intelligent, éclairé) qui implique, à l’évidence, que les théistes sont moins intelligents qu’eux. Suivant les nouveaux athées comme on les appelle, les seules vérités acceptables sont celles de la science moderne. Ils rejettent complètement l’existence d’aspects surnaturels ou suprasensibles de la réalité. Ils critiquent les diverses preuves philosophiques de l’existence de Dieu, élaborent des théories sur l’origine pathologique de la religion, insistent sur les crimes commis par les religions et mettent en doute le lien entre religion et moralité. Ce qui suit est une réponse aux prétentions philosophiques des nouveaux athées, c’est-à-dire une analyse des fondements philosophiques de leurs croyances, du point de vue logique et par rapport aux écrits bahá’ís. Leurs œuvres sont gravement défectueuses d’un point de vue philosophique et logique et, comme on peut s’en douter, souvent en désaccord avec les écrits bahá’ís. On trouvera pourtant un certain nombre de points d’accord. Nous allons nous concentrer sur les principaux problèmes rencontrés sans indiquer toutes les erreurs factuelles, sans identifier toutes les nombreuses erreurs logiques1 ni les différents artifices polémiques ou rhétoriques qu’ils utilisent pour promouvoir leur point de vue. On ne sera pas surpris de découvrir que les différences excèdent de loin les convergences entre les nouveaux athées et les écrits bahá’ís. Des écrivains qui demandent l’abolition totale de la religion et de tous les concepts surnaturels ou suprasensibles peuvent difficilement avoir quelque chose en commun avec les écrits de n’importe quelle religion, même d’une religion qui accepte l’évolution, le rationalisme, l’harmonie essentielle de la religion et de la science et qui croit dans la recherche indépendante de la vérité. N’oublions pas que les nouveaux athées cherchent à mettre le plus de distance possible entre leurs idées et la religion. Trouver un terrain d’entente ne les intéresse donc pas. Devant cette somme de désaccords, et sans parler de leur ton méprisant et agressif, on peut se demander s’il existe une possibilité de débat avec les nouveaux athées. La réponse est un oui mitigé : le dialogue peut s’instaurer sur la base d’un certain nombre d’accords. On pourrait aussi accepter d’explorer nos points de vue réciproques pour améliorer une compréhension mutuelle mais le mépris dans lequel ils tiennent les théologiens et les philosophes théistes ne permet qu’un optimisme mesuré. En revanche, aucun espoir n’est possible pour un accord philosophique puisque leur négation absolue de toute réalité suprasensible empêche toute base commune avec une religion. En d’autres termes, s’il ne pourra y avoir aucun accord sur les points essentiels et fondamentaux, on pourra s’accorder
Divers
LFRELAU014B

Fiche technique

ISBN
2-911255-73-8
Éditeur
Editions bahá'íes France
Nombre de pages
120
Type de reliure
Brochée
Largeur
14.0
Hauteur
20.0
Épaisseur
Poids
White Mountain Publications